Pagès Cinema Club : la sélection "Noël"

Si vous nous suivez un peu sur Facebook et Twitter, vous avez dû deviner à notre Calendrier de l’Avent des gifs, que Noël, on prend ça avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de sarcasme (comme à peu près tout en fait). 

Du coup, pour passer de bonnes fêtes de Noël, on vous propose de troquer les classiques films allemands de série Z contre la sélection de Noël du Pagès Cinema Club.

Parce qu’on a bon goût. Parce qu’on est sympa. Parce qu’on vous veut du bien

LA SELECTION « NOËL » DE LA PAGES TEAM

 

Paul le boss : PERE NOEL ORIGINES – Jalmari Helander (2011)

pere-noel-horreur

« Jalmari. Pas Jean-Marie. Eh oui, il fallait bien un film d’horreur dans le tas, parce que Noël, c’est pas que la magie et la joie et les lutins et le sapin.

C’est l’histoire du Père Noël, dans des montagnes au nom à coucher dehors – c’est un film finlando-franco-norvégio-suédois. Un groupe de scientifiques atomise la-dite montagne, et on retrouve un vieillard qui semble être le Père Noël. Sauf qu’il est pas aussi sympa que dans la pub du 08 36 65 65 65. 

Pourquoi c’est bien ? Parce que c’est pas souvent qu’on voit un conte ancestral démonté comme ça. Ce film est un OVNI comme les gens du grand nord savent le faire. Si ce film vous a plu, Krampus viendra vous chercher à Noël. »

La bande-annonce, c’est par ici

 

Julien, biz dev : LOVE ACTUALLY – Richard Curtis (2003)

noel-bill-nighy

« Bill Nighy, Liam Neeson, Keira Knightley, Colin Firth, Alan Rickman, Emma Thompson, Rowan Atkinson, et surtout Hugh Grant, la crème du gratin anglais est réunie dans ce film de Noël. C’est une comédie romantique, certes mais elle est vraiment marrante, et un peu romantique, j’en ai eu la larme à l’oeil. Une des meilleures de Noël, une des meilleures tout court, à supposer que vous aimiez ce genre ! »

La bande-annonce, c’est par ici !

 

Pierre & Louis : L’ETRANGE NOËL DE M. JACK – Tim Burton (1993)

noel-tim-burton

Le synopsis de ce classique de Tim Burton, c’est que Jack Skellington aka Roi des citrouilles, décide de s’improviser Père Noël, parce que Halloween c’est trop mainstream. 

« Je ne compte plus les fois où je l’ai regardé, à l’époque je l’avais en VHS (vous connaissez pas ça les jeunes, hein). L’histoire est plutôt basique mais très bien imagée. Le film est, ce qu’on appelle en stop motion : on a vraiment l’impression de voir les petites mains derrière les décors d’Halloween. J’étais, et je reste fasciné par la direction artistique et le graphisme du stop motion, et ça vieillit très bien ! Je sais pas comment ça se fait que mes parents m’ont laissé le voir si jeune, parce que l’ambiance est très dark, un peu glauque, mais les chansons sont géniales ! Louis l’a montré à sa classe en CP et a traumatisé tout le monde. 

Ce film, c’est un peu mes premières peurs, tu sais, quand on a peur mais qu’on aime bien ça ! 

Au début de la VHS, il y avait le court-métrage Vincent, de Tim Burton, qui est un court-métrage mi horreur mi fantastique mi poétique façon Edgar Allan Poe, qui est lui aussi très glauque et bizarre, mais très beau. C’est intéressant de voir qu’il y a une espèce de continuité entre Vincent, L’Etrange Noël de M. Jack et les Noces Funèbres, notamment avec le chien… 

En tout cas c’est un film que je reverrai volontiers ! »

Pour voir la bande-annonce, c’est par ici

 

Thomas, stagiaire post-prod’ : LE PERE NOEL EST UNE ORDURE – Jean-Marie Poiré (1982)

ordure-noel

« J’ai manqué d’un père, du coup j’étais très proche de ma mère, qui m’a mis à la danse classique. Depuis, je regarde Twilight et j’écoute Maître Gims, et c’est grâce à ce film que j’ai su que mon avenir serait fait d’hommes à perruque. Christian Clavier est vachement bonne en meuf. »

#NotInMyName

La bande-annonce, c’est par là

 

Olivia (coucou c’est moi) : FURYO – Nagisa Oshima (1983)

noel-nagisa-oshima

Alors Furyo, c’est avant tout un film de guerre, et d’amour. Mais aussi un peu de Noël, vu que le titre alternatif c’est Merry Christmas Mr. Lawrence. 

Film de guerre, parce que ça se passe à Java pendant la Seconde Guerre mondiale, dans un camp de prisonniers. On a cette dimension d’interculturalité entre les geôliers japonais et les prisonniers britanniques, Lawrence et Celliers. 

Et film d’amour, parce que ces hommes, à force de vivre ensemble, développent une sorte d’amitié façon syndrome de Stockholm. Et l’amour surtout entre le capitaine Yonoï, interprété par le compositeur de génie de la BO Ryuichi Sakamato, et le soldat Jack Celliers, interprété par David Bowie – rien que ça. 

Le rapport avec Noël, c’est que ça se passe à quelques jours de Noël – oui faut pas chercher bien loin. 

C’est un peu une histoire d’amour façon magie de Noël, mais un peu tragique quand même, sur fond de guerre, de torture, de code de l’honneur et de sacrifices. Et si vous doutez de l’intensité et de la beauté de ce film, ne regardez surtout pas cette scène d’une beauté et d’une violence inouïe

Sinon pour la bande-annonce, c’est par ici

Ceci sera notre dernier article d’ici à Noël, et peut-être même d’ici à la fin d’année, du coup on vous souhaite de belles fêtes de fin d’année ! 

Pagès Films, votre agence digitale à Lyon

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Pagès Cinema Club : la sélection "Noël"

    Temps de lecture: 4 min
    0