Faire un film en 48 heures, mais pourquoi ?

Il y a quelques semaines, on s’est dit que travailler seulement la semaine c’était chiant. Pour remédier à ça, on s’est inscrit à l’édition lyonnaise du « 48 Hour Film Project‘. Le concours se déroulait du vendredi 30 octobre au dimanche 1er novembre et nous a permis de clôturer une belle semaine.

On voulait retransmettre le tournage en live-streaming, mais on n’avait pas assez de 4G. Du coup, on vous fait un compte-rendu par écrit du week-end de la team « Caca et Barbapapa ».

FAIRE UN FILM EN 48 HEURES ?

Avant de vous raconter l’expérience qu’on en a fait, parlons un peu du concept du concours. Le but est de faire un film en 48h (sans dec’ ?). Ecriture, réalisation, post-production, tout, tout, tout doit être fait en 48 heures maximum à partir d’un genre tiré au sort et trois éléments imposés. On va pas se le cacher, faire un film en 48 heures, c’est chaud. 48 heures, c’est court, très court. Mais c’est aussi motivant parce que ça crée une vraie cohésion d’équipe et ça donne l’occasion de se marrer à réaliser un court-métrage. 

Cette année, 42 équipes se sont réunies dans les locaux de la chaîne TLM pour le lancement de l’édition 2015. Bon là, on s’est dit qu’on avait le nom parfait…

presentation 48hour film project

Oui. Cette dame a fait toute sa présentation avec l’enveloppe « Caca et Barbapapa » à la main.

Coup de chance au tirage. Paul-Alain, avec sa main innocente, la main gauche, tire LE genre qu’on voulait : « Horreur ». Autant vous dire qu’on était super content. Mais pas de temps à perdre. Un texto plus tard et la décision est prise d’adapter, en version 48 heures, « Mannequin » un scénario qu’on a déjà en stock depuis quelques temps.

LOURD TOURNAGE

Retour dans les locaux de Pagès Films, toute l’équipe prévue pour le tournage s’est réunie pour prendre connaissance du genre qu’on a tiré ainsi que du scénario qu’on va tourner quelques heures plus tard. L’histoire qu’on va mettre en image ? Celle d’un styliste mécontent de son mannequin de démonstration et qui se trouve confronté à un fabricant… particulier.

Puis on rentre dans le dur. On se met d’accord sur la technique, sur la lumière et on entame deux choses à faire absolument avant le samedi matin : la mise en place du décor et le découpage technique. Ça nous permet de gagner du temps et de savoir comment on va s’organiser le lendemain.

Samedi 7h. On a eu le temps de faire une petite sieste mais c’est l’heure de s’y remettre. Tout le monde est prêt. On est une vingtaine en tout dans le studio où les décors sont installés. Très vite la lumière et la machinerie se mettent en place et c’est parti pour un tournage qui va durer jusqu’à 23h30.

Il faut attendre le soir, après avoir passé une grosse partie de la journée à tourner les scènes de dialogues, pour attaquer ce qu’on attendait tous : les scènes de gore. Faustina De Sousa, la meilleure chef maquilleuse de tous les temps, avait préparé des faux intestins, des dents, des agrafes, des litres de faux sang et on avait hâte d’utiliser tout ça !

FX mannequin 48 heures

Pour les FX, Faustina y a mis toutes ses tripes.

Le tournage terminé, on enchaîne avec le montage dans la dernière ligne droite. Il faut dérusher, dormir, monter, dormir, ajouter les musiques et les sons, dormir, dans les 19h restantes. Pari réussi, le film est rendu dans les temps.

Mais le bilan, c’est qu’on est content ! Déjà du film en soi parce qu’il a obtenu le prix du Meilleur Son et parce qu’on a trouvé les réactions lors de la projection super. Mais surtout de l’expérience qu’on a réalisée avec une équipe au top. On s’est bien marré et on a bien bossé !

Et donc un ÉNORME MERCI à Maxime Jullia, Quentin Lasbazeilles, Julien Keryhuel, Paul-Alain Pagès, Lola Thouet-Dauga, Jean Combier, Maxime Kieken, Harold Hennequin, Margaux Peyre, Florian Gomez, Chloé Bréhin, Guilhem Sauvage, Faustina De Sousa, Fanny Garcia, Pierre-Jean Nicot, Louis Moreigne, Julien Dragon, Olivia Li Yung, Thomas Lapasset, Pierre Fontaine pour le travail abattu, leur bonne humeur, leur motivation, leur énergie et tout le reste !

La version du court-métrage fait en 48 heures est actuellement disponible sur le site de Rhône-Alpes TV, donc allez y faire un tour et votez pour nous ! Et d’ici peu, on partagera une version finale remontée de « Mannequin » !!

Et si vous êtes curieux, allez faire un tour sur notre page Facebook pour voir les photos du tournage !

Et comme on dit chez nous « Cerf Gay et Prospérité ».

caca et barbapapa 48 heures

Comments ( 0 )

    Leave A Comment

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Faire un film en 48 heures, mais pourquoi ?

    Temps de lecture: 3 min
    0